Idées

Si la crise de l'euro avait mis en avant les défaillances de l'Etat grec et les difficultés économiques des Etats du Sud, l'actuelle crise démocratique en Pologne éclaire d'un jour nouveau la montée d'un anti-libéralisme politique en Europe Centrale, à la suite de l'expérience Orban en Hongrie. Du fait de l'importance de la Pologne au sein du système européen, sixième plus grande économie de l'UE et forte d'une population équivalente à celle de l'Espagne, les implications dépasseront les frontières polonaises, avec trois conséquences majeures pour l'Europe.

Tout d'abord, le triangle de Weimar constitué après la fin du système communiste, regroupant la France, l'Allemagne et la Pologne, se trouve démonétisé comme espace de convergence politique en Europe. La nouvelle majorité polonaise issue du PiS (Droit et Justice) reste foncièrement méfiante envers l'Allemagne, n'hésitant pas à invectiver leurs homologues allemands ou à critiquer l'attention que les dirigeants allemands accordent à l'Etat de droit en Pologne plutôt qu'aux victimes de la gare de Cologne. Contrairement à ses prédécesseurs de centre-droit, dont le Premier ministre Donald Tusk est devenu Président du Conseil européen, le pouvoir polonais ne craint pas la dégradation de ses relations avec Berlin. 

Lire la suite ici