Géopolitique

Chroniques d'Asie du Sud-Ouest (45)

Le Brexit occupe, avec raison, tous les passionnés d'Europe. On sait l'impact fort que cet événement pourrait avoir sur l'existence même du Royaume Uni (besoin d'indépendance pour l'Irlande du Nord, pour des raisons économiques, et évolution naturelle vers l'indépendance de l'Ecosse). On pense aussi, bien sûr, aux problèmes, mais aussi à l'opportunité géopolitique que le Brexit pourrait signifier pour l'UE. Mais pour bien comprendre l'impact du Brexit, il faut aussi voir ce qu'il signifie en dehors des frontières de l'Union, notamment dans des pays clés pour les intérêts européens.

L'Iran ici, est un bon exemple: les réactions iraniennes face à la situation européenne actuelle montrent les espoirs de ce pays clé pour le Moyen Orient. Mais aussi, sur certains sujets, la méconnaissance de certains de ses analystes face aux affaires européennes. On imagine souvent que les universitaires, les diplomates et les « conseillers du Prince », spécialistes pour des think tanks ou des ministères, ont toujours une fine connaissance du monde... ce n'est hélas pas toujours le cas, qu'on soit à Paris, à Washington, ou à Téhéran. En fait, la réaction de l'Iran face au Brexit montre certaines erreurs d'analyse typiques de bien des pays extra-européens face à l'Europe actuelle, mais elle permet aussi de mettre en lumière la façon dont l'UE est considérée à l'étranger... Deux réactions iraniennes, suite au Brexit, ont été souvent reprises pour expliquer l'état d'esprit de Téhéran, en plus du communiqué officiel du ministère des Affaires étrangères iranien. Ensemble, ils illustrent bien le débat iranien sur les affaires européennes.

Lire la suite ici