Géopolitique

Pour commencer, il est évident que le but, ici, n'est pas d'accabler Twitter. L'entreprise Twitter Inc. a su répondre à la pression médiatique, et de ses utilisateurs de ces derniers mois. Et cela au nom de son propre code de conduite, disant clairement que les utilisateurs ne peuvent en aucune façon "faire des menaces de violence ou promouvoir la violence, y compris par (...) la promotion du terrorisme". D'où, fin février 2015, la suspension de 2000 comptes associés à Daech et ses compagnons de route, en juste quelques jours. Depuis octobre 2014 plus largement, plusieurs milliers de comptes associés au groupe terroriste ont été supprimés. Le problème, c'est que ce type d'actions n'est sans doute pas suffisant pour lutter contre le fléau. Pour s'en convaincre, il suffit de se rappeler les chiffres évoqués lors du dernier article. Comment, donc, lutter contre ce fléau qu'est Daech sur Twitter ?

Lire la suite ici.