Géopolitique

Un point qui saute aux yeux quand on se documente sur Daech et ses recrues françaises, c'est que ces dernières ne sont pas repérées dans les mosquées. Les racistes et islamophobes vont être déçus, mais c'est un fait : le recrutement se fait bien loin des lieux de culte, et très souvent, le problème ne vient pas d'un imam de quartier, mais d'un pseudo-prêcheur en ligne, voire d'un simple agent recruteur porteur d'une propagande qui sait très bien se servir des réseaux sociaux. Al Qaïda appartient à l'époque d'Al Jazeera, des vidéos pas toujours bien filmées, avec des orateurs pas forcément très captivants pour une jeune audience. Mais "Daech appartient à l'ère de Twitter et de YouTube", comme l'a si bien dit Gilles Kepel.

Lire l'article en entier