Géopolitique

Chroniques d'Asie du Sud-Ouest (12)

Historiquement, les mots utilisés pour désigner les Afghans appartenant à la minorité ethnico-religieuse des Hazaras étaient très durs: "Hazara-e-mushkur" (Hazaras mangeurs de souris) ou "qalfak chapat" (nez plats). Ils ont des traits d'Asiatiques de l'Est plus que d'Afghans, et en plus, pour la majorité d'entre eux, ils sont chiites, en territoire sunnite. Une combinaison de facteurs qui en a fait un groupe particulièrement isolé, qui a subi humiliations et persécutions.

On présente les Hazaras comme les descendants de 1000 familles mongoles qui se seraient installées en Afghanistan après l'invasion de Genghis Kahn en 1221. L'Amir Abdur Rehman, qui a régné sur l'Afghanistan de 1880 à 1901, a déclaré les Hazaras "infidèles", car chiites. Cela a permis un massacre et une spoliation de terres au profit de colons pachtounes. Les Hazaras échappant au massacre ont fui en Iran, en Inde, en Asie Centrale, ou se sont retrouvés réduits en esclavage. Il faudra attendre le roi Amanullah (1919-1929), pour que les Hazaras retrouvent leur liberté... tout en restant des citoyens de seconde zone. Jusqu'aux années 1970, un Hazara ne pouvait pas rêver devenir officier, faire des études universitaires, ou obtenir un poste dans la haute fonction publique C'est avec l'arrivée des communistes au pouvoir et l'invasion soviétique que la situation change pour les Hazaras, malgré quelques accrochages au départ. Pour éviter que les Hazaras rejoignent durablement le djihad contre Kaboul, le pouvoir central a laissé le Hazarajat (région centrale du pays, composé principalement des provinces de Deykandi et de Bamyan) en paix, autonome de fait. Par ailleurs, la fuite des cerveaux des grandes villes a laissé un vide que les Hazaras ont pu combler, leur offrant l'opportunité d'accéder à des postes de responsabilité. Mais la chute du régime communiste a vite été un retour aux enfers pour les Hazaras: d'abord, pendant la guerre civile, mais plus encore, sous les Taliban, qui n'ont pas hésité à les massacrer.

Lire la suite