Géopolitique

Chroniques d'Asie du Sud-Ouest (6)

L'attentat du 3 mars 2014 à Islamabad a été mené par un groupe mystérieux, Ahrar-ul-Hind ("les Libérateurs de l'Inde", Inde ici à comprendre comme sous-continent indien). Pourtant, qui dit mystérieux ne dit pas que nous n'avons pas d'informations sur ce groupe. Il semblerait qu'il se soit formé après la mort d'Hakimullah Mehsud (novembre 2013), le précédent leader du TTP (Taliban pakistanais). On remarquera que les changements de leadership à la tête du groupe ne se sont jamais fait dans le calme et la sérénité. La dernière "passation de pouvoir" (précipitée par une attaque fatale de drone) a été chaotique: on a évoqué une première "sélection" d'un leader qui s'est en fait avérée provisoire. Puis celui qui avait été écarté lors de cette première sélection, Mollah Fazlullah, est devenu, après tout, le leader des Taliban opposés à Islamabad. A côté de ces tensions toujours propices à des sécessions, si Ahrar-ul-Hind s'est formé, c'est clairement en opposition au processus de paix lancé entre le TTP et le gouvernement Sharif. Quand on lit le porte-parole de ce nouveau groupe terroriste, Asad Mansoor, on comprend qu'il doit être composé avant tout de membres qui ne viennent pas des zones tribales, et de ceux qui, dans ces territoires pachtounes, se sont le plus détachés du nationalisme ethnique, sous l'influence du djihadisme : "les leaders du TTP se sont engagés dans le processus de paix simplement parce qu'ils veulent libérer les zones tribales. Comme s'il n'y avait pas une demande d'imposer la charia sur l'ensemble du pays. Ils ignorent les combattants de la foi dans les villes".

Et il semblerait qu'Ahrar ul Hind ne soit pas la seule organisation terroriste qui se sente abandonnée par leurs frères d'armes partisans d'une paix de compromis. On pense par exemple à Ansar-ul-Mujahideen, qui a tué six soldats dans l'Agence de Kurram (dans les zones tribales pakistanaises) le 6 mars dernier. Ce groupe aussi est supposé s'être séparé de l'ensemble TTP depuis deux mois au plus (à peu près l'époque où le Ahrar-ul-Hind a commencé à se faire véritablement connaître des médias). Il s'oppose également à une paix qui permettrait une influence en zones tribales mais une défaite sur le reste du Pakistan.

Lire la suite