Géopolitique

Chronique d'Asie du Sud-Ouest (21)

INTERNATIONAL - Lors de la précédente chronique, on a rappelé les raisons qui peuvent pousser certains Afghans chiites à combattre en Syrie. Mais cette histoire, quand on lit certains articles en anglais puis en français, se copiant les uns les autres, c'est surtout une façon de critiquer, à nouveau, l'Iran. Il faut donc répondre à cette obsession anti-Iran, et se poser la question, qui irrigue l'accusation des faucons américains et français: l'Iran est-il "responsable" de la présence de ces Afghans chiites en Syrie?

Comme évoqué dans la précédente chronique, les 62 Afghans chiites morts en combattant en Syrie ont certes été enterrés dans différentes villes en Iran. Le n°2 de la fameuse Force Qods (corps des Gardiens de la Révolution ou Pasdarans), le Brigadier Général Esmaeil Qaani, a été présent à l'enterrement d'un certain nombre de ces Afghans. On peut constater que lors de ces enterrements, des membres des Pasdarans sont présents dans la procession, et en uniforme. Et la République islamique d'Iran offre un soutien aux familles des décédés. Donc bien entendu, il y a une sympathie iranienne pour les combattants chiites, d'Afghanistan ou d'ailleurs, qui vont combattre en Syrie, c'est l'évidence même. Par ailleurs, le soutien de l'Iran aux milices chiites, ainsi qu'aux forces régulières d'Irak est de Syrie, est bien connu. Déjà en 2012, le chef des Gardiens de la Révolution confirmait dans les médias que des membres de la Force Al Quds étaient sur place en qualité de conseillers. Et des forces pro-Assad et anti-Daech capitales comme les miliciens chiites irakiens et le Hezbollah libanais doivent beaucoup, historiquement, au soutien iranien. Donc il fait sens d'imaginer une aide iranienne aux Afghans chiites combattant en Syrie, au moins sur le terrain. Surtout en terme de conseillers militaires. Peut-être aussi par l'envoi d'armes. Mais pas forcément plus: même les commentateurs anti-Iran acceptent le fait que les combattants afghans ont des cadres uniquement afghans, jamais Iraniens, même pas Libanais du Hezbollah.

Lire la suite sur: L'Iran et les Afghans chiites en Syrie