Géopolitique

Sécurité en Eurasie (4)

On a été obsédé par les événements en Ukraine. Et on n'a pas forcément eu tort: ce qui s'est passé dans ce pays risque de définir la pensée stratégique russe et les relations russo-européennes pour les années à venir. Pourtant, ce n'est pas le seul territoire post-soviétique digne de notre inquiétude. De fait, ces derniers mois, on constate des évolutions inquiétantes du côté du Caucase.

Des exercices militaires russes, notamment dans le Caucase du Nord, sont passés totalement inaperçus en Europe, mais pas vraiment dans le Caucase du Sud

À première vue, de telles activités peuvent paraître tout à fait normales, une façon pour Moscou d'affirmer son contrôle de territoires rebelles. Or les exercices n'ont pas eu lieu en Kabardino-Balkarie, en Tchétchénie, ou au Daghestan, les principaux foyers des tendances séparatistes dans la région. Par ailleurs, certains des exercices ont impliqué des avions d'attaque Sukhoï Su-25SM, des avions de chasse MiG-29, des systèmes de défense aérienne... pas forcément l'armement le plus utile contre les combattants de l'"Emirat Islamique du Caucase". Or à une époque de difficultés économiques pour la Russie, on imagine mal des actions d'une telle envergure sans signification réelle autre qu'une question d'entraînement. Encore moins dans le district militaire sud de la Fédération (Caucase du Nord, Caspienne, Mer Noire). On comprend mieux quand on voit que beaucoup de ces exercices se sont concentrés en Ossétie du Nord... et en Ossétie du Sud, ancien territoire géorgien perdu par Tbilissi lors de la guerre de 2008. Il n'est pas anodin que ces exercices aient eu lieu notamment dans la deuxième quinzaine du mois de mars: à la même période,Vladimir Poutine et le leader d'Ossétie du Sud, Leonid Tibilov, signaient une série d'accords renforçant de fait l'annexion de son territoire par la Fédération de Russie.

Lire la suite: http://www.huffingtonpost.fr/didier-chaudet/securite-pays-du-caucase_b_7314180.html