Géopolitique

Qu'est ce que l'OCS ? Ce n'est pas, malgré certains fantasmes, une sorte de nouveau Pacte de Varsovie, anti-OTAN. Mais ce n'est pas non plus un groupe sans intérêt. Il est né en 1996, avant tout pour désamorcer toute tension autour des frontières entre la Chine et l'ex-URSS. Aujourd'hui, il s'agit d'une organisation intergouvernementale entre l'Asie et l'Eurasie, regroupant Moscou, Beijing, et la plupart des pays centrasiatiques (Tadjikistan, Ouzbékistan, Kirghizstan, Kazakhstan). L'Inde, le Pakistan, l'Iran, la Mongolie, et maintenant l'Afghanistan, sont des Etats observateurs. La force et les ambitions chinoises s'y font de plus en plus sentir. Et en même temps l'OCS permet de garder le dialogue ouvert entre Chinois et Russes. Ils sont, après tout, des compétiteurs historiques plutôt que des alliés naturels. Mais ce qui a permis le rapprochement, ce qui permet à ces deux puissances de travailler ensemble, c'est la méfiance face aux Etats-Unis. En ce sens, l'Organisation est avant tout une force d'opposition à ce qu'on appelle encore l'Occident en relations internationales.

L'importance de plus en plus grande de l'OCS a été symboliquement prouvée en 2005. Elle a alors appelé Washington à fixer un calendrier précis pour la disparition des bases américaines présentes en Asie Centrale, nées de la guerre contre les Taliban. Cette présence militaire avait été acceptée par la Russie, malgré de fortes contradictions internes. Mais la lune de miel anti-terroriste que le Kremlin rêvait d'avoir avec les Américains s'est vite estompée. Poutine est alors revenu à une vision du monde plus réaliste, que les Chinois n'avaient d'ailleurs jamais abandonné. En acceptant comme observateurs dans l'OCS, en 2005 également, des Etats aussi stratégiques que l'Inde, le Pakistan, et surtout l'Iran, Moscou et Beijing ont définitivement prouvé que leur rapprochement se faisait dans une logique de projection de puissance en commun, s'opposant parfois, pour ne pas dire souvent, aux intérêts américains et, dans une moindre mesure, européens.

Lire la suite