Géopolitique

Décembre 2014: quelle situation sécuritaire en Afghanistan?

Au-delà de ce qui a été écrit dans la précédente chronique, l'attentat contre le centre culturel français nous a brutalement rappelé une réalité simple : la situation sécuritaire extrêmement tendue en Afghanistan aujourd'hui. Certes, il ne faut pas tomber dans le piège médiatique des Taliban qui, comme toute organisation non étatique violente (rebelles ou terroristes), frappent pour décourager, et amener les analystes et les médias à peindre un portrait extrêmement pessimiste de la situation. De fait, il faut rendre hommage aux forces de sécurité afghanes qui n'ont pas ménagées leur peine pendant la traditionnelle saison des combats 2014 (printemps-été, mais qui semble, hélas, s'éterniser). Rien que pendant cet été, elles ont dû s'opposer aux différents rebelles (Taliban, Hezb-e-Islami d'Hekmatyar, groupes criminels se présentant comme Taliban) 150 fois par jour... L'OTAN avait seulement 40 000 soldats sur place au mois de septembre 2014. Les forces de sécurité locales se sont donc déjà retrouvées en première ligne bien avant cette fin d'année 2014. Et ils ont eu fort à faire ces derniers mois. Pendant cet été, les forces anti-gouvernementales ont été actives sur les deux tiers du territoire afghan. D'où le coût élevé des combats pour les combattants loyalistes : 15 d'entre eux sont morts chaque jour, en plus d'une douzaine de blessés graves, pendant la saison des combats cette année. C'est leur courage et leur sacrifice qui a permis une plus grande participation lors des élections présidentielles de 2014 que pour celles de 2009, le peuple afghan se sentant assez en sécurité pour accomplir son devoir civique.

Lire la suite